Le Corsaire calaisien Pierre Petit dit Dubellay

La barque corsaire La Sainte Barbe de Calais

Pierre PETIT DU BELLAY corsaire calaisien était capitaine de la barque longue la Ste Barbe de Calais

et Jean SUEUR était son lieutenant. Plusieurs campagnes de 1708 à 1711, il était armé de 6 canons et 50 hommes.

Un extrait du blog de Joël BRISMALIN, la vie mouvementée d'un corsaire Calaisien Pierre Petit dit Dubellay

Acte 44 (déclaration) du 18/12/1709 (AD Dainville, 4E52/999, Baudier, notaire à Calais)

Jean FALA, Jean VALET et Jean HIAUME maitres et marchands des navires la Jeanne, l’Esperance et le Jolly, le tout de Guernesey, Pierre PETIT DU BELLAY, capitaine de la barque longue la Ste Barbe de Calais et Jean SUEUR son lieutenant.

Les trois premiers déclarent :

Ils sont sortis le 24/11 « viel stil » de la rivière d’Hampton en compagnie de 14 navires marchands sous le convoi de la frégate la « perle » commandée par le capitaine Henri LAWSON pour aller à Guernesey.

Ils ont relâché avec toute la flotte le samedi à Wymouth, dont ils sont ressortis le lendemain dimanche 27 pour avec ledit convoi pour continuer leur route.

Le lundi se leva une grande tempête et étant à environ quatre lieues au nord nord ouest de Guernesey, le vent étant sud sud ouest fort grand et la mère agitée d’une grande tourmente.

Ils furent forcés de relâcher et la frégate de convoi ayant quitté toute la flotte tira un coup de canon et arriva entre dix à onze heures du matin dudit lundi 28 et eux rivant leurs voiles à cause du grand vent, ils arrivèrent pour suivre, mais le dit convoi força de voiles et les navires marchands qui étaient dispersés par la tourmente furent obligés de garder la mer, crainte d’être jetés à la cote.

Ils ne purent suivre ladite frégate, quoiqu’ils forçassent de voile jusqu’à trois lieues de la terre, en sorte que si la tourmente avait duré, ils auraient perdu la vie.

Ayant été rencontrés le lendemain mardi que la tourmente était apaisée par ledit Capitaine DUBELLEZ, ils furent par lui pris et amenés à Calais, ledit FALA ayant eu son contre… (Reliure) Michel FLEUR tué à l’abordage.

Lesdits DUBELLEZ et SUEUR déclarent qu’il était mouillé le lundi à la rade de Portland lorsque ladite frégate la (perle… reliure) y arriva sur les trois à quatre heures après midi et mouilla avant de lui à la portée du pistolet.

Ledit DUBELLEZ de crainte d’être pris, leva l’ancre le lendemain et quelques temps après fit lesdites prises.

Déclaration faite pour servir ce que de raison…

 

L’acte 43 suivant est le même acte à la même date, mais avec quelques précisions :

 

Jean FALA maitre et marchand du navire le Jeanne, Jean VALET maitre et marchand du vaisseau l’Esperance et Jean HIAME aussi maitre et marchand du vaisseau le Jolly, le tout de Guernesey, Pierre PETIT dit DUBELLAY maitre du corsaire nommé la Ste Barbe de Calais et Jean SUEUR son lieutenant…

… son contremaitre Michel FLEUR tué à l’abordage…

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

×